/ / /

Le document ci-dessous fait suite à l'article paru le vendredi 23 juillet 2010 intitulé

"En saluant Proust et Monet, mes photos et un dessin de nymphéas - 2 - "


           Albert JACQUARD, "Le compte à rebours a-t-il commencé ?" (Stock)

                       Extraits du chapitre IV, "L'effectif limite des humains"

  Albert-Jacquard---le-compte-a-rebours---STOCK.jpg
 

"Tout se passait comme si la nature se chargeait de préserver tant bien que mal l’équilibre entre les flux d'entrée et les flux de sortie. Elle y parvenait assez bien puisque l’effectif humain est resté proche de 300 millions durant près de quinze siècles, de l’année zéro à la Renaissance." ...


... "En 1800 déjà, il était un peu inférieur à un milliard.  Un siècle plus tard, en 1900, il dépassait le milliard et demi.  Aujourd’hui, il est supérieur à 6 milliards."  …  "La progression a été pire que géométrique."  …  "Il est clair que le maintien de ce rythme aboutirait à des prévisions irréalistes, 24 milliards à la fin du XXIe siècle !  Des événements décisifs feront donc nécessairement bifurquer cette évolution.  La question est : ces événements seront-ils pilotés par les humains ou seront-ils subis par eux ?" …


… "Après les hécatombes et les destructions de la Seconde Guerre mondiale qui n’a épargné que peu de nations, la plupart des peuples ont eu, comme en France, le sentiment que le cauchemar était terminé.  Une confiance diffuse en l’avenir a incité les humains à faire comme si la prospérité allait s’accroître régulièrement.  Les progrès médicaux aidant, l’effectif de l’humanité s’est accru à un rythme qui n’avait jamais été atteint.  Au début des années 1970, le rythme global d’augmentation dépassait 2 % par an.  La crainte était alors légitime d’une humanité bientôt étouffée par son excès de fécondité." …


... "La bonne nouvelle actuelle, dont on peut espérer qu'elle sera confirmée dans les années à venir, est que la tendance semble, en ce début du XXIe siècle, se retourner ; le paramètre le plus significatif, le nombre moyen d’enfants par femme, diminue dans de nombreux pays, y compris dans les nations dont la religion dominante favorise la fécondité.


La première nation à prendre réellement la mesure de ce danger collectif a été la Chine : en 1949, lorsque Mao a pris le pouvoir, la population chinoise était de l’ordre de 500 millions d’habitants, à sa mort, en 1976, elle approchait du milliard, ayant doublé en 27 années.  Un tel rythme était évidemment insoutenable ; s’il avait duré, le nombre des Chinois dépasserait aujourd’hui largement les 2 milliards.  Les successeurs de Mao ont heureusement pris des mesures certes brutales mais qui ont été efficaces ; le niveau de 1,3 milliard vient seulement d’être atteint." ...


… "D'après les statistiques fournies notamment par l'ONU l'Iran comptait il y a vingt ans 54 millions d'habitants et son indice de fécondité, nombre moyen d’enfants par femme, dépassait 6, ce qui correspond à plus qu'un doublement de l'effectif à chaque génération.  ... Cependant, dans les dernières publications provenant de la même source, le tableau est totalement différent.  Certes, comme prévu, la population a grandi et atteint 71 millions d'habitants, soit un tiers de plus qu'il y a vingt ans, mais l'indice de fécondité n’est plus que de 2 au lieu de 6." …


... "Les discussions peuvent se prolonger sans fin sur le nombre maximal des habitants de la Terre.  Les 6 milliards sont aujourd’hui dépassés ; les 8 ou 9 milliards de la fin du siècle devraient pouvoir être accueillis ; mais il semble que l’on sera alors bien proche de l’indéfinissable plafond de la capacité en humains de la planète." ...


... "Il faut bien mettre en lumière la difficulté de tenir compte simultanément des droits des personnes, des droits des  familles et de l’intérêt collectif de l’humanité à venir.  Dans les pays du tiers-monde (Asie du sud-est, Afrique centrale," … ", étouffés actuellement par l’excès des naissances, la propagande antinataliste est une nécessité et mérite l’aide de tous les Etats ; même s’ils doivent, pour cela, se mettre en contradiction avec la position officielle de l’église catholique, position qui semble déraisonnable à la plupart des spécialistes."  …


... "Mais si, dans quelques décennies, la baisse de la fécondité s’accélère dans les pays où ce mouvement est commencé, puis se généralise à toute la planète, les pouvoirs publics devront adopter l’attitude inverse, et cela non pas au nom de l’intérêt national mais au nom de l’intérêt planétaire." …

 

Albert JACQUARD, "Le compte à rebours a-t-il commencé ?" (Stock)

Extraits du chapitre IV, "L'effectif limite des humains"

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
écrit par

statistiques visiteurs

depuis la création du blog